Le Tai Chi : Pratiques et bienfaits chez les seniors

En France, plus de 400 000 personnes pratiquent le Tai Chi*. Appelé aussi Tai-Chi-Chuan ou Taiji Quan, ce sport est à la fois une gymnastique de santé et un art martial chinois.
Il s’agit d’une discipline corporelle comportant un ensemble de mouvements continus et circulaires exécutés avec lenteur et précision dans un ordre préétabli.
Accessible à tout âge, le Tai Chi apporterait santé et longévité s’il est pratiqué régulièrement, et est particulièrement recommandé aux personnes âgées.
*source : le monde 2010 

La pratique du Tai Chi

Gymnastique, art martial ou méthode de relaxation, voire même les 3 à la fois, le Tai Chi a pour objectif d’affiner son énergie vitale (le chi) et ainsi d’ouvrir sa conscience à une dimension supérieure.

Se pratiquant à main nue, la difficulté initiale pour les débutants est d’apprendre à ralentir. C’est l’extrême lenteur d’exécution qui permet de déceler les blocages et de faciliter la circulation de l'énergie dans l'organisme. Les mouvements se font dans la douceur et sans forcer. Accompagnés par une respiration abdominale, profonde et lente, ils sont enchaînés sous forme d'une chorégraphie à mi-chemin entre danse et combat, fluide, sans saccade.

Selon la légende, le moine qui a inventé cette discipline s'est inspiré du combat entre un serpent et un oiseau.
Les postures qui se succèdent le font d'après un code bien déterminé, et en respectant des règles comme par exemple : veiller à garder les épaules tombantes, rester relaxé, ne pas utiliser la force.

Plusieurs types de Tai Chi
Certaines écoles visent surtout la prise de conscience de soi par une approche intérieure, tandis que d’autres favorisent les techniques de combat. La plupart des écoles ont toutefois abandonné leur intention martiale au profit du développement de la souplesse et de l'éveil du Qi, c’est-à-dire de l’énergie.

Un enchaînement complet compte entre 24 et 48 mouvements, et peut même en atteindre 108, ce qui correspond à la forme originale du tai-chi. Mais il est plutôt rare de trouver des maîtres qui enseignent selon les règles anciennes, la plupart ayant réduit le nombre de figures afin de rendre l’entraînement plus accessible.

Les cours de tai-chi se donnent individuellement ou en groupe, généralement sur une base hebdomadaire, dans des centres spécialisés, des clubs sportifs ou des centres de loisirs. L'équipement nécessaire est simple et basique : il suffit d'une tenue ample et confortable, et de chaussures légères (baskets ou rythmiques en toile).

Les bienfaits du Tai Chi chez les seniors

Avec la douleur, le premier réflexe d’une personne âgée est d’arrêter de bouger. Un cercle vicieux s’installe alors car moins on bouge, plus l’articulation se « fossilise », plus elle se bloque et plus cela fait mal.
La pratique du Tai Chi tonifie les muscles en douceur, et d’autres bienfaits ont été prouvés par de nombreuses études.

Particulièrement recommandé aux seniors, le Tai Chi permet de :

  • Diminuer le risque de chute et améliorer l’équilibre des personnes âgées de plus de 60 ans. Cependant, l’effet est moins marqué chez les personnes fragiles qui souffrent d'une maladie limitant leurs activités quotidiennes. En plus de réduire les risques de chute, le tai-chi permettrait d’augmenter la vitesse de marche, d’améliorer l’équilibre et de procurer une plus grande confiance lors des déplacements
  • Contrôler l’hypertension et réduire les risques de maladies cardiovasculaires (accidents vasculaires et insuffisance cardiaque chronique)
  • Améliorer les capacités fonctionnelles des femmes ayant surmonté un cancer du sein
  • Améliorer le sommeil
  • Diminuer le stress, l’anxiété et la dépression
  • Réduire certains symptômes de l’arthrite rhumatoïde et soulager l’arthrose du genou
  • Réduire l’ostéoporose
  • Contribuer à contrôler le diabète : quelques chercheurs ont émis l’hypothèse que le Tai Chi pourrait contribuer à régulariser le taux de glucose sanguin chez les personnes souffrant de diabète.
  • Aider à diminuer les symptômes de la maladie de Parkinson.

Après une opération, le Tai Chi permet de restaurer plus rapidement l’environnement musculaire ayant souffert de l’incision.

Cela dit, apprendre le Tai Chi nécessite de la persévérance, de la rigueur et de l’assiduité si l’on veut bénéficier de ses effets positifs. Il est recommandé de s’exercer de 15 à 20 minutes, 2 fois par jour.

Enfin, il ne faut pas oublier que la pratique en groupe permet à tout âge de se réinsérer dans une communauté, et l’aspect intergénérationnel du Tai Chi est un facteur essentiel pour nos aînés souffrant d’isolement et d’inactivité.

Cet article n'a pas répondu à vos question ?

Poser votre question

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Comparer 0