Le diabète : diagnostic de la maladie et de ses soins

En France, 3 millions de personnes seraient touchées par le diabète, soit 5% de la population. Le diabète est un problème d’assimilation et de stockage des sucres provenant de l’alimentation entrainant une hyperglycémie, soit un taux de glucose dans le sang trop élevé.

Qu’est-ce que le diabète ? Comment diagnostiquer la maladie ?

La maladie est à l’origine d’un manque d’insuline entraînant un excédent de sucre dans le sang. Produite par le pancréas, l’insuline permet au glucose présent dans les aliments d’être utilisé par les cellules de l’organisme : muscles, tissus adipeux, et foie où il va pouvoir être transformé et stocké.

Dans le cas du diabète, l’insuline est insuffisante ou ne joue pas son rôle correctement. Le sucre reste stocké dans le sang, puis déversé dans les urines, provoquant ainsi une hyperglycémie.

A plus ou moins long terme, cette hyperglycémie peut engendrer des complications au niveau des organes vitaux (reins, cœurs), des nerfs et des yeux.

On distingue 2 types de diabète :

  • Le diabète type 1

    Il concerne 10% des diabétiques et est principalement diagnostiqué chez les sujets jeunes (enfants, adolescents ou jeunes adultes). Ce sont les insulino-dépendants. Une soif intense, un amaigrissement soudain et des urines abondantes sont d’autant de signes qui doivent alerter.

  • Le diabète type 2

    Plus fréquent, il touche environ 90% des malades, et généralement les plus de 40 ans. Les symptômes peuvent être minimes et parfois passer inaperçus pendant plusieurs années. On estime qu’il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic.
    Une prédisposition génétique, un surplus de poids combinés à un manque d’activité physique et une alimentation peu saine contribuent à l’apparition d’un diabète de type 2.

    Au-delà des symptômes, une prise de sang est nécessaire pour s’assurer du taux de glycémie. Un diabète est avéré lorsque la glycémie à jeun est égale ou supérieure à 1.26 g/l, à deux reprises ou égale ou supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

Comment ralentir la progression du diabète ? Comment le soigner ?

Si Aujourd’hui aucun traitement ne permet de guérir le diabète, il existe plusieurs traitements permettant de diminuer la concentration du taux de sucre dans le sang et éviter les complications dégénératives à long terme.

Un traitement différent selon les diabètes

Les patients atteints du diabète de type 1 (les insulino-dépendants) doivent être suivis par un diabétologue. Une injection d’insuline avant chaque repas est nécessaire, et doit être adaptée au menu et à la glycémie du moment. Comme le foie continue de produire du sucre entre les repas et la nuit, il faut le réguler par une ou deux injections d’insuline lente (matin et soir). Aujourd’hui, les injections sont presque indolores et les injections d’insuline se font avec des stylos injecteurs bien plus confortables que les seringues d’antan.

Une pompe portable administrant l’insuline en permanence sous la peau peut être indiquée dans les cas où les résultats sont irréguliers alors que le diabétique maitrise ses soins. Dans d’autres cas plus sévères, une pompe implantable débitant l’insuline dans la cavité péritonéale doit être administrée.

Pour les diabétiques de type 2, la perte de poids est nécessaire avant même la prise de médicaments. Un mode de vie plus sain, une alimentation équilibrée combinée à la pratique d’un sport sont des facteurs favorisant la régulation du taux de glycémie. Si malgré ces bonnes pratiques l’hyperglycémie ne diminue pas, des médicaments sont prescrits pour aider l’organisme à produire de l’insuline, ou alors l’insuline doit être administrée directement.

Dans les 2 cas, le diabétique doit surveiller son taux de glycémie au quotidien.

Alerter en cas d’hypo ou d’hyperglycémie

Dans certains cas, les traitements entrainent des épisodes hypoglycémiques ou hyperglycémiques qui doivent être décelés et pris en charge rapidement.

Les différentes formules de téléassistance, comme la téléassistance mobile permettent de pouvoir alerter rapidement en émettant un appel automatique en cas d’urgence vers un plateau de téléassistance, ou vers les proches. Le patient diabétique peut alors rester autonome, et vivre normalement.

Cet article n'a pas répondu à vos question ?

Poser votre question

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Comparer 0